Leçon 5 : Les sept sceaux

Lecture de la semaine : Apo. 6:1-14, Apo. 26:2-26, Ezechiel 4:16, Deut. 32:43, 2 Thess. 1:7-10. 

Verset à mémoriser : « Tu es digne de recevoir le livre et d'en rompre les sceaux, car Tu as été immolé, et Tu as rachetée pour Dieu, par Ton sang, des hommes de toute tribu, langue, peuple et nation. Tu en as fait, pour notre Dieu, un royaume et des prêtres, et ils règneront sur la terre. » (Apo. 5:10, TOB).

Apocalypse 6 continue la scène des chapitres 4 et 5, qui décrivent Christ comme digne d'ouvrir le rouleau scellé, car par Sa vie et Sa mort victorieuse, Il a reconquis ce qui avait été perdu par Adam. Il est maintenant prêt à ouvrir les sceaux du rouleau et amener le plan du salut à son accomplissement ultime.

La Pentecôte a marqué le début de la propagation de l'évangile, par lequel Christ étend Son Royaume. Ainsi, l'ouverture des seaux scellés se réfère à la prédication de l'évangile et aux conséquences de son rejet. L'ouverture du septième et dernier sceau nous amène à la conclusion de l'histoire de ce monde.

Apocalypse 3 :21 nous donne la clé de la signification des sept sceaux : « Celui qui vaincra, Je lui donnerai de s'assoir avec Moi sur Mon trône, comme Moi aussi J'ai vaincu et Je Me suis assis avec Mon Père sur Son trône » (Apo. 3 :21, DRB). Les chapitres 4, 5 parlent de la victoire de Christ et de Son exaltation et le dernier verset du chapitre 7 parle des vainqueurs devant le trône de Jésus Christ. Ainsi, le chapitre 6 parle du peuple de Dieu dans la lutte pour vaincre afin de s'assoir sur le trône de Jésus.

Étudiez cette leçon pour le sabbat 2 Février

Lisez Apocalypse 6 :1-8 ; Lévitique 26 : 21-26 et Matthieu 24 :1-14. Notez les mots clés communs dans ces textes. Qu'apprenez-vous de la signification des quatre premiers sceaux à la base de ces parallèles ?

Les évènements des sept sceaux doivent être compris dans le contexte des malédictions de l'alliance de l'Ancien Testament, décrites comme l'épée, la famine, la peste et les bêtes sauvages (Lev. 26 : 21-26). Ézéchiel (Ez. 14 :21) les appelle les « quatre jugements désastreux » (DRB) de Dieu, ou les « quatre fléaux terribles » (FRO. Ils étaient des jugements disciplinaires par lesquels Dieu, cherchant à éveiller l'attention de Son peuple sur sa condition spirituelle, réprimandait son infidélité à l'alliance. De façon similaire, les quatre cavaliers sont le moyen que Dieu utilise pour maintenir Son peuple éveillé dans son attente du retour de Jésus.

Il y a aussi des parallèles étroits entre les quatre premiers sceaux et Matthieu 24 :4-14, où Jésus a expliqué ce qui arriverait dans le monde. Les quatre cavaliers sont le moyen par lequel Dieu maintient Son peuple sur la bonne voie en lui rappelant que ce monde, tel qu'il existe aujourd'hui, n'est pas leur maison.

Bien que symbolique, Apocalypse 6 :1, 2 parle aussi de la conquête. Cela nous rappelle Apocalypse 19 :11-16, qui dépeint Christ assis sur un cheval blanc et conduisant Ses armées célestes pour délivrer Ses enfants à Sa seconde venue. Étant un symbole de pureté, la couleur blanche est régulièrement associée à Christ et à Ses disciples. Le cavalier sur le cheval a un arc et porte une couronne, qui évoque l'image de Dieu dans l'Ancien Testament sur un cheval avec un arc dans Sa main pour conquérir les ennemis de Son peuple (Hab. 3 :8-13 ; Ps. 45 : 4, 5). Le mot grec pour la couronne (Apo. 6 :2) portée par le cavalier est stephanos, qui décrit spécifiquement une couronne de victoire (Apo. 2 :10, 3 :11). Ce cavalier est un conquérant sorti pour conquérir.

La scène du premier sceau décrit la propagation de l'évangile, qui a commencé avec force à la Pentecôte, par lequel Christ a commencé à étendre Son royaume. Il y avait, et il y a encore, de nombreux territoires à conquérir et de nombreuses personnes qui doivent devenir disciples de Jésus, jusqu'à ce que la conquête finale soit réalisée par Christ qui vient dans la gloire.

Prophétiquement, la scène du premier sceau correspond au message à l'église d’Ephèse ; elle décrit la période apostolique du premier siècle au cours de laquelle l'évangile s'est répandu rapidement dans le monde entier (Col. 1 :23).

Pourquoi ne devons-nous jamais oublier qu'en Christ, nous sommes dans le camp des vainqueurs, quelles que soient nos circonstances immédiates ?

Lisez Apocalypse 6 :3, 4. Sur la base de la description du cheval rouge et du cavalier, qu'est-ce que ce texte dit en référence à l’évangile ?

Le rouge est la couleur du sang. Le cavalier a une grande épée et est autorisé à enlever la paix de la terre, ce qui aboutit au massacre des uns par les autres (Matt. 24 :6).

Le deuxième sceau décrit les conséquences du rejet de l'évangile, en commençant par le deuxième siècle de notre ère. Alors que Christ mène un combat spirituel par la prédication de l'évangile, les forces du mal rendent la résistance plus forte. La persécution suit inévitablement. Ce n'est pas le cavalier qui met les gens à mort. Il enlève seulement la paix de la terre, et la conséquence directe est la persécution (Voir Matthieu 10 :34).

Lisez Apocalypse 6 :5, 6, Lévitique 26 :26 et Ézéchiel 4 :16. Sur la base de la description du cheval noir et du cavalier, quelle réalité associée à la prédication de l'évangile cela nous rappelle ?

Le cavalier sur le cheval noir tient une balance pour peser les aliments. Une annonce fut faite : « Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier » (Apo 6 :6 LSG). Au Moyen-Orient et au Proche-Orient, le grain, l'huile et le vin étaient les denrées essentielles de la vie (Deut. 11 :14). Manger du pain en mesurant soigneusement le grain désignait une grande disette ou une famine (Lev. 26 :26, Ézéchiel 4 :16). Au jour de Jean, un denier était un salaire journalier (Matthieu 20 :2). Dans des circonstances normales, un salaire journalier achèterait toutes les nécessités pour la famille pour ce jour. Toutefois, une famine conduirait à l'inflation des prix. Dans la scène du troisième sceau, il faudrait travailler une journée entière pour pouvoir acheter de la nourriture pour une seule personne. Pour nourrir une famille, le salaire d'un jour serait utilisé pour acheter trois pintes d'orge, un aliment ordinaire et moins cher pour les pauvres.

La scène du troisième sceau décrit les autres conséquences du rejet de l'évangile, en commençant par le quatrième siècle alors que l'église gagne la puissance politique. Alors que le cheval blanc représente la prédication de l'évangile, le cheval noir indique l'absence de l'évangile et la prolifération des traditions humaines. Le grain dans la Bible symbolise la parole de Dieu (Luc 8 :11). Le rejet de l'évangile se traduit inévitablement par une famine de la parole de Dieu, semblable à celle prophétisée par Amos (Amos 8 :11-13).

Lisez Apocalypse 6 :7, 8. Quelle scène est représentée ici ? Comment cette scène est-elle liée à la précédente ?

La couleur du cheval dans le quatrième sceau est exprimée par le mot grec chloms, qui est la couleur gris-cendre d'un cadavre en décomposition.

Le nom du cavalier est Mort ; pendant ce temps, Hadès, le séjour des morts, l'accompagne. Ces deux sont autorisés à détruire les gens par l'épée, la famine, la mort et les bêtes sauvages, et ils détruisent plus du quart de la terre (Matt. 24 :7, 8). Le quatrième sceau apporte la peste et la mort.

La représentation graphique de la scène exprime la vérité que la famine spirituelle de la parole de Dieu, à la suite du rejet de l'évangile conduit inévitablement à la mort spirituelle. La bonne nouvelle est que la puissance de la mort et du Hadès est très limitée ; ils reçoivent autorité seulement sur une partie (un quart) de la terre. Jésus nous assure qu'Il a les clefs du Hadès et de la mort (voir Apo. 1 :18).

Examinez une fois de plus le contenu des messages aux églises d'Éphèse, Sardes, Pergame, et Thyatire dans Apocalypse 2. Comparez la situation dans ces églises aux scènes de l'ouverture des quatre premiers sceaux. Quels parallèles observez-vous ?

L’ouverture des sept sceaux dépeint l'avenir de l'église. Comme ce fut le cas avec les sept églises, les sceaux sont en corrélation avec différentes périodes dans l'histoire du christianisme. À l'époque apostolique, l'évangile se propagea rapidement dam le monde entier. Ceci a été suivi par la période de persécution dans l'empire romain, depuis la fin du premier siècle jusqu'au début du quatrième siècle, telle que représentée dans la scène du deuxième sceau. Le troisième sceau décrit la période de compromis aux quatrièmes et cinquièmes siècles, qui ont été caractérisés par une famine spirituelle de la Bible, qui a conduit à « l'âge des ténèbres ». Le quatrième sceau décrit avec justesse la mort spirituelle qui a caractérisé le christianisme pendant environ mille ans.

Apocalypse 6 :6 mentionne que « l'huile et le vin » ne doivent pas être affectés par la famine et la peste du troisième sceau. L'huile symbolise l'Esprit Saint (1 Sam. 16 :13, Actes 10 :38), et le vin nouveau le salut en Jésus Christ (Marc 2 :22). Qu'est-ce que cela nous apprend sur le fait que, même lorsque la parole de Dieu est rare, l'Esprit Saint est toujours à l'œuvre et que le salut est toujours disponible à tous ceux qui cherchent la vérité ?

Lisez Apocalypse 6 :9, 10. Que se passe-t-il ici ?

Le mot âme dans la Bible désigne la personne tout entière (Genèse 2 :7). Le martyre du peuple persécuté et fidèle de Dieu est représenté ici par le sang sacrificiel, versé sous l'autel du sacrifice du sanctuaire terrestre (Exode 29 : 12, Lev 4 :7). Le peuple de Dieu a souffert l'injustice et la mort pour sa fidélité à l'évangile. Il pleure à Dieu, pour Lui demander d'intervenir et de lui rendre justice. Ces textes parlent de l'injustice faite ici-bas, sur la terre ; ils n'ont rien à voir avec l'état des morts. Après tout, ces gens ne semblent pas jouir d'un bonheur au ciel.

Lisez Apocalypse 6 :11 ainsi que Deutéronome 32 :43 et Psaume 79 :10. Quelle était la réponse du ciel aux prières du peuple martyr de Dieu ?

Les saints martyrisés reçurent des robes blanches représentant la justice de Christ, ce qui conduit à leur justification — c'est Son don à ceux qui acceptent Son offre de grâce (Apo. 3 :5, 19 :8). Ensuite, il fut dit qu'ils se reposeraient jusqu'à ce que leurs frères, qui passent par une expérience similaire, soient complétés. Il est important de remarquer que le texte grec d'Apocalypse 6 :11 n'a pas le mot « nombre ». Ce passage ne parle pas d'un certain nombre que les saints martyrisés doivent atteindre avant le retour de Christ, mais plutôt, il s'agit de l'exhaustivité de leur caractère. Le peuple de Dieu est rendu parfait par la robe de justice de Christ, et non par leur propre mérite (Apo. 7 :9, 10). Les saints martyrisés ne seront pas ressuscités et justifiés jusqu'à la seconde venue de Christ, qui marque le début du millénium (Apo. 20 :4).

Bien que la scène du cinquième sceau s'applique traditionnellement à la période d'avant et après la réforme, au cours de laquelle des millions ont été martyrisés à cause de leur fidélité (Matt. 24 :21), elle rappelle aussi l'expérience de ceux qui ont souffert pour Dieu tout au long de l'histoire, depuis l'époque d'Abel (Gen. 4 :10) jusqu'au moment où Dieu vengera enfin « le sang de Ses serviteurs » (Apo. 19 :2).

« Jusqu'à quand, Seigneur ? » Tel fut le cri du peuple de Dieu qui a souffert tout au long de l'histoire. Qui n'a jamais lutté avec l'absence de justice dans cette vie ? Quel réconfort trouvez-vous dans la scène du cinquième sceau, sachant qu'un jour la justice sera finalement faite ?

Dans le cinquième sceau, nous voyons le peuple de Dieu souffrant injustement dans un monde hostile, criant et réclamant l'intervention de Dieu en leur faveur. Le moment est venu que Dieu intervienne en réponse aux prières de Son peuple.

Lisez Apocalypse 6 :12-14, ainsi que Matthieu 24 :29, 30 et 2 Thessaloniciens 1 :7-10. Qu'est-ce qui est révélé dans ces passages ?

Les trois derniers signes du sixième sceau sont ceux annoncés par Jésus dans Matthieu 24 :29, 30, qui devaient se produire à l'issue de la « grande tribulation » (Apo. 7 :14) en 1798, comme signes avant-coureurs de la seconde venue. Tout comme dans la prophétie de Christ dans Matthieu 24, le soleil, la lune, les « astres » (météores) et le ciel sont littéraux ici. L’utilisation des mots comme ou pareil à indique une chose réelle ou un évènement — le soleil devint noir comme un sac et la lune devint comme du sang, les étoiles tombèrent sur la terre comme un figuier perd ses figues. Les chrétiens dans le monde occidental reconnurent dans l'histoire de la terre l'accomplissement de ces signes : le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, la sombre journée du 19 mai 1780, qui s'est produite dans l'est de New York (et au sud de la Nouvelle Angleterre, et la pluie spectaculaire de météores sur l'Océan Atlantique le 13 novembre 1833. L'accomplissement de la prophétie a conduit à une série de renaissances et à la réalisation que la venue de Christ était proche.

Lisez Apocalypse 6 :15-17. Lisez aussi Ésaïe 2 :19, Osée 10 :8 et Luc 23 :30. Les scènes dépeignent les gens de tous horizons dans une panique essayant de se cacher de la terreur du bouleversement lors de la venue de Christ. Ils demandent aux rochers et aux montagnes de tomber sur eux afin de les protéger contre la « face de Celui qui est assis sur le trône » et de la colère de l'Agneau (Apo. 6 :16). Le temps est venu pour que la justice soit dispensée alors que Christ vient pour être « glorifié dans Ses saints » (2 Thess. 1 :10, LSG). La fin des méchants est décrite dans Apocalypse 19 :17-21.

La scène se termine par la question rhétorique des méchants terrorisés : « le grand jour de Sa colère est venu, et qui peut subsister ? » (Apo. 6 :17, LSG ; Voir également Nah. 1 :6, Mal. 3 :2). La réponse à cette question est donnée dans Apocalypse 7 :4 — ceux qui pourront subsister à ce jour-là sont le peuple scellé de Dieu.

« Qui supportera le jour de Sa venue ? » (Mal. 3 :2, TOB). Comment répondriez-vous à cette question, et quelles raisons bibliques pouvez-vous donner pour supporter votre réponse ? Apportez vos réponses en classe le sabbat.

Lisez Ellen G. White, "The World's Need," pp. 457-460, dans Testimonies to Ministers and Gospel Workers. 

La vision de l'ouverture des sept sceaux décrit symboliquement les soins et la discipline de Dieu pour Son peuple sur la terre. Comme Kenneth A. Strand l'a souligné :

« Dans l'Écriture, il y a l'assurance que Dieu a toujours pris soin des Siens : que dans l'histoire elle-même, Il est toujours présent pour assurer leur subsistance, et que dans le grand dénouement eschatologique, Il leur donnera pleine justification et une récompense généreuse et incommensurable dans la vie éternelle. Le livre de l'Apocalypse reprend et développe admirablement ce même thème, et comme telle, l'Apocalypse n'est en aucun cas une fable habilement habillée de la littérature biblique ; elle transmet le cœur et la substance du message biblique. En effet, tout comme l'Apocalypse le souligne avec insistance, celui qui « est vivant » — qui a vaincu la mort et le séjour des morts (Apo.1:18) — n'abandonnera jamais Ses disciples fidèles, et quand bien même ils souffrent le martyre, ils sont victorieux (Apo.12:11), avec la « couronne de vie » qui les attend. (Voir Apo. 2 :10 ; 21 :1-4 ; et 22 :4) » — (traduit de Kenneth A. Strand, "The Seven Heads : Do They Represent Roman Emperors ?", Symposium on Revelation —Book 2, Daniel and Revelation Committee Series (Silver Spring, Md. : Biblical Research Institute, 1992), vol. 7, p. 206.  

Discussion : 

1)    Quelles leçons tirons-nous de la scène de l'ouverture des sept sceaux ? Comment cela devrait vous montrer que, peu importe comment le mal a envahi la terre, Dieu est toujours souverain, et Il accomplira toutes les promesses que nous avons reçues en Christ ?

2)    Réfléchissez à la déclaration suivante : « L'Église est le moyen que Dieu a choisi pour faire connaitre le salut aux hommes. Établie pour servir, elle a pour mission de proclamer l'évangile. » — Ellen G. White, Conquérants pacifiques, p. 9. Pensez à votre église locale. Comment peut-elle être plus fidèle afin d'atteindre les gens avec le message de l’évangile ? 

3)    Apportez votre réponse à la question finale de jeudi en classe. Qui peut supporter le jour de Sa venue, et pourquoi peuvent-ils le supporter ? Discutez des répercussions de votre réponse en ce qui concerne la façon dont nous devrions vivre aujourd'hui afin d'être prêts pour le jour de Sa venue.