Leçon 8: Satan, un ennemi vaincu

Lecture de la semaine: Apocalypse 12; Gen. 3:15; Ésaïe 14:12-15; Dan. 7:23-25; 2 Thess. 2:8-12; Apocalypse 13:13, 14; Apocalypse 19:20.
Verset à mémoriser: « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort » (Apocalypse . 12:11, NEG).

Apocalypse 12-14 nous prépare à la section du livre consacrée au temps de la fin (Apo. 15:1-22:21). Alors que la première moitié du ivre décrit la lutte spirituelle de l'église dans un monde hostile tout au long de l'ère chrétienne, la seconde moitié se concentre sur les évènements clés menant à la venue de Christ et au royaume de Dieu.

Le chapitre 12 vise à nous donner une vue d'ensemble sur la crise finale de l'histoire mondiale. Il nous montre le développement du grand conflit entre Christ et Satan à travers l'histoire.

Dans l'Apocalypse, Satan est l'ennemi juré de Dieu et de Son peuple. Son existence est réelle, et il se trouve derrière tout le mal et la rébellion dans l'univers. Il sait que sa dernière chance de réussir contre Dieu avant la seconde venue de Christ est de gagner la bataille d'Armageddon. Ainsi, il concentre tous ses efforts sur la préparation de cet évènement.

Apocalypse 12 visait à fournir au peuple de Dieu l'assurance que Satan perdra également ce dernier combat. C'est aussi un avertissement que Satan est déterminé et déploiera tous ses efforts pour faire la guerre à l'église du reste, et que le seul espoir du peuple de Dieu à l'heure de la fin se trouve en Christ.

* Étudiez cette leçon pour le sabbat 23 Février

Lisez Apocalypse 12:1-4. Jean a observé dans la vision deux grands signes. Le premier est une femme enceinte d'un enfant et le second est un dragon. Qui est la femme et que nous enseignent ces textes?

Une femme dans la Bible est utilisée comme un symbole du peuple de Dieu (2 Corinthiens 11:2): une femme pure est synonyme du peuple fidèle, alors qu'une prostituée représente des croyants apostats. La femme d'Apocalypse 12 symbolise, tout d'abord, Israël, par lequel le Messie est venu au monde (Apo. 12:1-5); dans les versets 13 à 17, la femme représente la vraie église qui donne naissance au reste.

Cette femme est représentée comme vêtue du soleil et ayant à ses pieds la lune. Le soleil dans la Bible représente la gloire du caractère de Christ, Sa justice (Mal. 4:2). Il est « la lumière du monde » (Jean 8:12) et Son peuple doit refléter la lumière du caractère d'amour de Dieu (Matt. 5:14-16). La lune, en tant que « le plus petit luminaire» (Gen. 1:16), renvoie aux promesses de l'Ancien Testament annonçant l'oeuvre de Christ à Père de l'évangile. Le deuxième signe symbolique que Jean voit dans cette vision est un dragon rouge très épouvantable.

Le dragon est plus tard identifié comme le diable et Satan, le serpent ancien (Apocalypse 12:9). Le texte dit que sa queue trairait un tiers des étoiles du ciel sur la terre. La queue est un instrument symbolique du mensonge et de la séduction (Ésaïe 9:14, 15; Apo. 9:10). Dans sa chute de sa position élevée dans le ciel (Ésaïe 14:12-15), Satana réussi à séduire un tiers des anges célestes. Ces anges déchus sont les mauvais esprits ou les démons qui aident Satan dans sa guerre contre le plan du salut des humains (voir 1 Timothée 4:1). Apocalypse utilise aussi le dragon, décrit comme « ayant sept têtes et dix cornes », comme un symbole de ces agents dans le monde que Satan utilise — Rome païenne (Apo. 12:4) et le spiritualisme (Apo. 16:13).

« Le dragon, nous est-il dit, c'est Satan (Apocalypse 12:9); c'est lui, en effet, qui poussa Hérode à attenter aux jours du Sauveur. Mais l'empire romain, dont le paganisme était la religion officielle, fut le principal instrument de Satan dans sa guerre contre le Christ et son peuple, au cours des premiers siècles de l'ère chrétienne. Il en résulte que si le dragon représente Satan, il représente aussi, à un point de vue secondaire, l'empire romain sous sa forme païenne. » — Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 384.

Lisez Apocalypse 12:9. Le dragon est identifié comme le « serpent ancien » (NEG, LSG, BFC) ou « l'antique serpent » (B.1, DRB). Quel lien y a-t-il entre Genèse 3:15 et la tentative du dragon à détruire la semence de la femme « lorsqu'elle aurait enfanté » (Apo. 12:4)?
Dès le début, Satan attendait le Messie à naitre afin de Le détruire. Quand le Messie est finalement né, Satan pousse la Rome impériale à Le détruire (Matt. 2:13-16). Mais l'enfant « fut enlevé vers Dieu et vers Son trône» (Apo. 12:5,LSG). 

Lisez Apocalypse 12:7-9, qui parle d'une guerre dans le ciel. Quelle était la nature de cette guerre qui a abouti à l'expulsion de Satan du ciel?

Satan a été expulsé du ciel au début du grand conflit, quand il s'est rebellé contre le gouvernement de Dieu. Il voulait s'emparer du trône dans les cieux et être « semblable au plus haut » (Ésaïe 14:12-15). Il se tint en révolte ouverte contre Dieu, mais fut défait et jeté à terre. Il usurpa le règne de ce monde en trompant le premier couple humain (Luc 4:6). En tant que prince autoproclamé de ce monde (Jean 12:31), il prétendait avoir le droit d'aller au ciel pour assister au conseil céleste en tant que représentant de la terre (Job 1:6-12). Toutefois, depuis sa défaite à la croix, Satan et ses anges déchus ont été confinés à la terre comme une prison, jusqu'à ce qu'ils reçoivent leur punition (2 Pierre 2:4, Jude 6).

Par Sa mort, Jésus a racheté ce qui était perdu, et le vrai caractère de Satan fut révélé devant l'univers. « Satan se vit démasqué. Son système de gouvernement était dévoilé aux yeux des anges qui n'ont pas péché et devant tout l'univers céleste. Il s'était fait connaitre comme un meurtrier. En versant le sang du Fils de Dieu, il avait perdu les dernières sympathies des êtres célestes. Désormais son activité allait être restreinte. » — Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 765. Devant tout l'univers, le pouvoir sur la terre fut transféré de Satan à Jésus, et Christ fut proclamé souverain légitime sur la terre (Éphésiens 1:20-22, Phil. 2:9-11).

Jésus prédit cet évènement: « Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors» (Jean 12:31, NEG). Avec ce jugement sur Satan, « le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de Son Christ » (Apo. 12:10, LSG). Satan a encore un pouvoir limité par lequel il attaque le peuple de Dieu sur la terre, mais sachant « qu'il a peu de temps » (Apo. 12:12). Mais bien qu'il ait peu de temps, il fait tout ce qu'il peut pour causer de la douleur, de la souffrance et des ravages sur la terre.
Que nous apprend Apo. 12:11 sur le moyen de défense contre le diable (voir aussi Eph. 6:10-18)? 

Lisez Apocalypse 12:13, 14. Après avoir été chassé du ciel, Satan conti-nue son attaque contre l'église pendant les 1 260 jours prophétiques. Comment Dieu s'était-Il impliqué dans Son église pendant cette période?

«La destitution de Satan du ciel comme un accusateur des frères a été accomplie par l'excellente oeuvre sacrificielle de Christ qui a donné Sa vie. Malgré l'opposition persistante de Satan, le plan de la rédemption a été accompli... Satan, sachant que le règne qu'il avait usurpé lui serait arraché, fut déterminé à n'épargner aucun effort pour détruire le plus grand nombre possible des êtres que Dieu a créés à Son image. Il déteste l'homme parce que Christ a manifesté un amour immense à son égard pour lui accorder le pardon et la grâce. A cause de cela, Satan est maintenant prêt à utiliser toutes formes de ruses pour conduire les humains à la perdition. Il poursuit son plan de séduction avec plus d'énergie en raison de sa propre condition désespérée » — (traduit d'Ellen G. White, Spirit ofprophecy, vol. 3, p. 194, 195).

Sans aucun doute, Satan poursuit ses activités sur la terre en versant sa fureur sur le grand objet de l'amour de Christ sur la terre — l'église. Cependant, l'église trouve la protection divine dans un endroit isolé au cours de la période prophétique de 1 260 jours/années, en attendant le retour de Christ. La période de la persécution de Satan est mentionnée deux fois dans Apocalypse 12, comme 1 260 jours/années (Apo. 12:6) et « un temps, des temps et la moitié d'un temps » (Apo. 12:14, LSG). Ces deux expressions parlent de la période des activités de la petite corne mentionnée dans Daniel 7:23-25. Dans la Bible, les jours prophétiques symbolisent les années.

La période de temps correspondant à cette période prophétique est de 538-1798 apr. JC, période durant laquelle l'Église Catholique Romaine, en tant que puissance église-état, a dominé le monde occidental jusqu'en 1798, quand l'armée de Napoléon Bonaparte, dirigée par le Général Berthier, mit fin à la puissance oppressive de Rome, du moins temporairement.

Pendant cette longue période de persécution, le dragon vomit de sa bouche les eaux des inondations afin de détruire la femme. Les eaux représentent des peuples et des nations (Apo. 17:15). Les armées et les nations ont été envoyées par Rome contre le peuple fidèle de Dieu pendant ce temps. Vers la fin de cette période prophétique, une terre conviviale avale les eaux et sauve la femme, en lui offrant un refuge sûr. Cette disposition décrit le refuge que l'Amérique a fourni, la liberté de religion, (Apo. 12:16).
Pensez à combien de temps la persécution a duré ici, les 1 260 ans. Qu'est-ce que cela devrait nous dire sur combien de fois nous sommes limités dans la compréhension, et pourquoi les choses telles que le retour de Christ, semblent durer trop longtemps, du moins, de notre point de vue?

Lisez Apocalypse 12:17. Au temps de la fin, qui Satan combat-il?

Le mot reste décrit ceux qui restent fidèles à Dieu quand la majorité s'apostasie (1 Rois 19:18, 2:24). À la fin des temps, quand la majorité des gens du monde seront du côté de Satan, un peuple spécial que Dieu a suscité après 1798, restera fidèle à Christ face à la pleine furie de Satan.

Quelles sont les deux caractéristiques du reste dans Apocalypse 12:17? Comment pouvez-vous être convaincu que vous appartenez au reste de Dieu du temps de la fin?
Le reste de la fin des temps garde les commandements de Dieu. Apocalypse 13 montre que la première tablette du décalogue sera au centre du conflit de la fin des temps. Le composant principal des quatre premiers commandements est l'adoration. Le principal problème dans la crise finale est "qui" doit être adoré. Alors que la plupart choisira d'adorer la bête et son image, le reste de Dieu adorera Dieu le Créateur (Apocalypse 14:7). Le quatrième commandement, le sabbat, décrit spécifiquement Dieu comme notre Créateur, et pour cette raison, ce commandement jouera un rôle central dans la crise finale.

La deuxième caractéristique des croyants du reste de Dieu de la fin des temps est qu'ils « ont le témoignage de Jésus Christ » (Apo. 19:10, LSG), ce que ce même verset explique comme étant « l'esprit de prophétie ». En comparant ce verset avec Apocalypse 22:9, nous voyons que les « frères » de Jean qui ont le témoignage de Jésus sont des prophètes, donc, « le témoignage de Jésus » se rapporte à Jésus donnant Son témoignage à travers les prophètes, tout comme Il l'a fait par le biais de Jean (Apo. 1:2). L'Apocalypse montre qu'au temps de la fin, le peuple de Dieu aura « l'esprit de prophétie » au milieu d'eux, pour les guider dans ces moments difficiles, alors que Satan déploiera tous ses efforts pour les tromper et les détruire. Nous, en tant qu'Adventistes, avons reçu ce don de prophétie dans le ministère et les écrits d'Ellen G. White. 

Quels sont les enseignements les plus merveilleux que nous avons pu recevoir grâce à «l'esprit de prophétie »? Quelles obligations ce don nous confère-t-il, individuellement et en tant qu'église?

 Apocalypse 12:17 marque un changement dans la stratégie de Satan, alors qu'il tente de séduire les gens du monde et même les fidèles disciples de Christ. Tout au long de l'histoire du christianisme, il tente d'empêcher l'oeuvre de Dieu du salut, principalement au moyen du compromis au sein de l'église, puis la coercition et la persécution externes. L'histoire montre que cette stratégie, bien qu'elle ait réussi pendant des siècles, a été contrecarrée par la réforme et la redécouverte de la vérité biblique par le peuple de Dieu. Cependant, comme Satan se rend compte que son temps s'épuise, il intensifie ses efforts et va « faire la guerre » contre le reste de Dieu du temps de la fin (Apo. 12:17). Ses attaques sur le reste comprendra un élément important de la séduction. Les démons opéreront des miracles et des manifestations spiritualistes (Apo. 16:14). Ce changement dans la stratégie de Satan correspond à la transition de son emphase historique à celle de la fin des temps (voir Matt. 24:24).

Il est important de remarquer que le mot séduire est régulièrement utilisé dans Apocalypse 12-20 pour décrire les activités de Satan au temps de la fin. Le mot séduire commence dans Apocalypse 12:9 et s'achève dans Apocalypse 20:7-10 avec la description des activités de Satan aux temps de la fin dans l'Apocalypse. 

Lisez 2 Thessaloniciens 2:8-12 ainsi qu'Apocalypse 13:13, 14 et 19:20. Quelle est la nature de la séduction de la fut des temps?

Apocalypse 12-20 dépeint Satan s'efforçant de gagner l'allégeance du monde. Il utilise un pouvoir politico-religieux, ainsi que des pouvoirs politiques, pour faire son travail: Rome impériale, symbolisée par le dragon (Apo. 12:4, 5); suivie d'une puissance symbolisée par la bête de la mer (Apo. 12:6, 15; Apocalypse 13:1-8); et enfin, une puissance symbolisée par la bête de la terre (Apo. 13:11). Dans le reste du livre, les membres de cette triade satanique que sont le paganisme/spiritisme symbolisé par le dragon, le catholicisme romain, symbolisé par la bête de la mer, et le protestantisme apostat, symbolisé par la bête semblable à l'agneau, sont inséparablement unis pour s'opposer aux oeuvres de Dieu dans le monde. Ils travaillent ensemble pour tromper les gens, afin de les détourner de Dieu et de les amener du côté de Satan dans la crise finale, à la «bataille du grand jour du Dieu tout-puissant» (Apo. 16:13, 14).

De même, ces faux systèmes seront détruits ensemble à la seconde venue de Christ (Apo. 9:20), tandis que le dragon, symbolisant le diable qui a travaillé par le biais de ces puissances terrestres (Apo. 12:9), sera détruit à la fin des mille ans (20:10). Apocalypse montre que la séduction des temps de la fin sera si grande que la plupart des gens seront séduits et ils choisiront la voie de la destruction (Matthieu 7:13).
Deux fois dans l'Apocalypse, un appel est lancé d'avoir recours à la sagesse et au discernement spirituel afin de discerner et de résister au caractère trompeur des activités de Satan aux temps de la fin (Apo. 13:18, 17:9). De quel genre de sagesse parle-t-on ici? Selon Jacques 1:5, comment peut-on avoir cette sagesse?


Lisez Ellen G. White, « Les pièges de Satan », dans La tragédie des siècles, chap. 32.

Apocalypse 12 vise, tout d'abord, à dire au peuple de Dieu que les évènements de la fin des temps sont une partie du grand conflit entre Christ d'une part et Satan et ses forces démoniaques d'autre part. Le livre avertit les enfants de Dieu d'avance contre tous ces évènements, en leur révélant tout ce qu'ils doivent affronter aujourd'hui et d'une manière plus intense dans l'avenir — car ils ont en face un ennemi furieux et expérimenté. Paul nous avertit qu'à la fin des temps, Satan utilisera « toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés » (2 Thess. 2:9-10, NEG).

Apocalypse nous invite à prendre l'avenir au sérieux en faisant de notre dépendance à Dieu notre priorité. De l'autre côté, Apocalypse nous assure que, bien que Satan soit un ennemi fort et expérimenté, il n'est pas assez fort pour affronter Christ (voir Apo. 12:8). En tant que peuple de Dieu, notre espérance ne se trouve qu'en Christ seul, qui a vaincu Satan et ses forces démoniaques. Et Christ a promis d'être avec Ses disciples fidèles « tous les jours, jusqu'à la fin du monde » (Matthieu 28: 20, LSG).
Discussion:
1) En tant qu'Adventistes du septième jour, nous avons toutes les caractéristiques du reste de la fin des temps. Quel privilège! Mais aussi, quelle responsabilité! (Voir Luc 12:48). Cependant, pourquoi devons-nous être prudents, à ne pas penser que ce rôle garantit forcément notre propre salut personnel?
Nous parlons trop de la puissance de Satan. Il est vrai que Satan est un être fort; mais gloire soit rendue à Dieu pour notre puissant Sauveur, qui a chassé le malin du ciel.

2) Nous parlons de notre adversaire, nous prions à son sujet, nous pensons à lui; et il occupe une place de plus en plus grande dans notre imagination. Alors, pourquoi ne pas parler de Jésus? Pourquoi ne pas penser à Sa puissance et à Son amour? Satan se réjouit en nous voyant exa-gérer sa puissance. Abandonnez-vous à Jésus, méditez sur Lui, et vous serez transformés à Son image. » — (traduit d'Ellen G. White, Advent Review and Sabbath Herald, 19 March 1889). De quelle manière les chrétiens magnifient-ils la puissance de Satan? En revanche, quels dangers y a-t-il à renier non seulement la réalité de la puissance de Satan, mais aussi, la réalité de sa propre existence?