Leçon 3: Se préparer au changement

Lecture de la semaine: 1 Cor 10:1-13, 2:24; 1 Corinthians 13:4-8; 1 Sam 1:27; Psaume 71; 1 Cor 15:24-26. 

Verset à mémoriser: La justice marchera devant Lui, et imprimera Ses pas sur le chemin » (Psaume 85:13, NEG). 

La vie est pleine de changements. Les choses changent tout le temps. La seule chose qui ne change pas, c'est la réalité du changement lui-même. Le changement, en fait, est une partie de notre existence. Même les lois de la physique semblent enseigner que le changement existe dans le fondement le plus basique de la réalité.

Souvent, les changements arrivent inopinément. Nous nous habituons à une routine, lorsque, soudain, instantanément, tout change, et nous sommes complètement pris au dépourvu.

Toutefois, nous pouvons voir les changements venir. Nous recevons des préavis, des signes et des indicateurs, qui nous permettent de savoir que les choses vont être différentes. Lorsque cela se produit, il est sage de commencer à se préparer, à quelque degré que ce soit, pour ce que nous pouvons voir venir. Bon nombre de ces changements sont grands: le mariage, les enfants, la vieillesse, voire la mort.

Et oui, nous ne vivons pas en vases clos. Ce qui signifie que les changements qui viennent chez nous peuvent avoir un impact sur nos familles dans leur ensemble. Dans le même temps, des changements dans nos familles peuvent également avoir des répercussions sur chaque membre de la famille.

Cette semaine, nous allons étudier certains des changements que tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, la plupart d'entre nous affronteront, et comment ces changements peuvent avoir un impact sur la vie familiale.


Étudiez cette leçon pour le sabbat 20 Avril.

Il y a une chose au sujet de la parole de Dieu: elle ne passe pas inaperçue des réalités de la vie humaine. Au contraire, elle les expose dans toute leur dureté, et parfois, avec une grande douleur et du désespoir. En effet, à l'exception des premières pages de la Bible et des dernières à la fin, la parole de Dieu dresse un portrait malencontreux de la race humaine. Paul n'exagérait pas quand il a écrit que «tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu» (Rôm. 3:23, LSG). 

Lisez 1 Corinthiens 10:1-13. Quels avertissements et quelles promesses trouvons-nous dans ces textes?

À bien des égards, bon nombre de nos actions dans la vie expriment simplement comment nous réagissons au changement. Nous faisons constamment face aux changements; le défi pour nous, en tant que chrétiens, est de gérer ces changements par la foi et la confiance en Dieu, et de révéler la foi à travers l'obéissance, quelle que soit la tentation de faire autrement.

« Ce dont le monde a le plus besoin, c'est d'hommes, non pas des hommes qu'on achète et qui se vendent, mais d'hommes profondément loyaux et intègres, des hommes qui ne craignent pas d'appeler le péché par son nom, des hommes dont la conscience est aussi fidèle à son devoir que la boussole l'est au pôle, des hommes qui défendraient la justice et la vérité même si l'univers s'écroulait » — Ellen G. White, Éducation, p. 47. Ces paroles étaient vraies pour l'Ancien Israël, tout comme au temps d'Ellen G. White, et tout comme elles le sont pour nous aujourd'hui.

Quelles erreurs les gens dans les textes suivants ont commises face au changement, et que pouvons-nous apprendre de leurs erreurs? Actes 5:1-10 ; Genèse 16:1, 2, 5, 6 ;Matthieu 20:20-22.

Les changements viennent, et ils apportent souvent des tentations, des défis, et même, parfois, la peur. Aussi est-il crucial que nous ayons l'armure spirituelle pour faire face à ces changements de la bonne manière. Encore une fois, que les changements soient inattendus ou qu'ils soient juste une partie typique de la vie, nous devons être préparés à ce qui est à venir, le visible et l'invisible. 

L'un des plus grands changements dans la vie d'une personne est le mariage.

Bien sûr, ce n'est pas tout le monde qui se marie. Après tout, Jésus, notre plus grand exemple, ne s'est jamais marié, de même que bon nombre d'autres personnages de la Bible.

Néanmoins, beaucoup de gens se marient, et donc, la Bible n'est pas silencieuse sur le mariage, qui est surement l'un des plus grands facteurs de changement dans la vie.

La première organisation sociale mentionnée dans la Bible est le mariage. Pour Dieu, le mariage est si important au point que même les paroles qu'Il a dites à Adam et Ève en Éden lors du mariage apparaissent dans trois autres endroits dans les Écritures. « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Gen. 2:24, LSG; Voir aussi Matthieu 19:5, Marc 10:7, Éphésiens 5:31). Ces textes nous disent qu'une fois qu'une personne se marie, la relation la plus importante dans sa vie devrait être entre elle et son conjoint, et non entre elle et ses parents. L'une des raisons pour lesquelles le mariage entre un homme et une femme est si important pour Dieu est qu'il est typique de la relation qui existe entre Son Fils, Jésus, et l'église, Son Épouse (Eph. 5:32).

Avant de bâtir une maison, on doit s'arrêter et évaluer le cout (Luc 14::28-30); à plus forte raison, combien cela est important quand on veut fonder un foyer? Une maison est construite avec des briques et du ciment, du bois et du fer, des câbles et du verre. Mais un foyer est construit avec des choses qui ne sont pas forcément matérielles.

Quels sont certains des traits essentiels de caractères qui sont importants pour tous les aspects de la vie, mais qui sont particulièrement importants pour ceux qui se préparent au mariage? 1 Corinthiens 13:4-8; Gal. 5:22, 23.

La préparation au mariage doit commencer par nous-même, personnellement et individuellement. Dans le même temps, nous devons examiner attentivement notre futur conjoint pour voir s'il/elle serait un bon complément pour nous. Est-il/elle laborieux(se)? (Prov. 24:30-34). Est-il/elle de mauvaise humeur? (Prov. 22:24). Avons-nous des croyances communes? (2 Corinthiens 6:14, 15). Qu'est-ce que ma famille et mes amis pensent de mon/ma futur(e) époux(se)? (Prov. 11:14). Mon analyse est-elle fondée sur la foi ou sur les seuls sentiments? (Prov. 3:5, 6). Les réponses à ces questions peuvent signifier un avenir de bonheur ou toute une vie de tristesse. 

Pensez à quelques bons mariages. Quels principes y trouvez-vous qui s'appliquent aussi aux autres types de relations interpersonnelles?

Il y a très peu de choses qui peuvent changer nos vies plus que la naissance d'un enfant. Après la naissance d'un enfant, rien dans la famille ne sera le même.

« Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois! Il ne sera pas confus, quand ses fils parleront avec des ennemis à la porte. » (Ps. 127::4-5, NEG).

Dans le même temps, les enfants n'arrivent pas avec un manuel d'instruction qui raconte à leurs parents ce qu'ils doivent faire pour prendre soin d'eux et comment faire pour résoudre les éventuels problèmes qui pourraient survenir. Les parents, même les plus expérimentés, sont parfois déconcertés par les actions, les paroles ou les attitudes de leurs enfants.

Tout comme il est important de se préparer avant le mariage, ceux qui espèrent devenir parents doivent être prêts à assumer cette énorme responsabilité.

Quelle que soit I'exceptionnalité des histoires suivantes sur les naissances, quels principes ceux qui se préparent à être des parents peuvent-ils tirer de ces récits? 1 Samuel 1:27; Juges 13:7; Luc 1:6, 13-17, 39-45, 46-55, 76-79.

Quelles grandes responsabilité et opportunité ces parents avaient! Trois seraient les parents des prophètes et des dirigeants en Israël, un de ses enfants serait le précurseur du Messie promis, et l'autre serait Christ.

Même si nos enfants ne sont pas destinés à être des prophètes bibliques, en tant que parents, nous devrions toujours nous préparer à ce changement radical dans notre vie.

« Les parents ne devraient pas oublier que leurs enfants rencontreront ces tentations et il faudrait qu'ils les préparent à les surmonter dès avant leur naissance. Avant la naissance, si elle [la mère] s'écoute, si elle est égoïste, impatiente et exigeante, ces traits de caractère se retrouveront chez le petit être. C'est ainsi que bien des enfants ont reçu à leur naissance des tendances au mal presque insurmontables. » — Ellen G. White, Le foyer chrétien, p. 247.
Que ce soit nos responsabilités envers les enfants sous notre garde ou envers les autres, quelles sont les choses que nous pouvons faire pour s'acquitter de ces responsabilités de la manière qui plaise à Dieu le plus possible? 

« Les jours de nos années s'élèvent à soixante-dix ans, et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans; et l'orgueil qu'ils en tirent n'est que peine et misère, car il passe vite, et nous nous envolons. » (Ps. 90:10, NEG). Ces paroles de Moïse nous rappellent la marche inexorable du temps. Quand les années vont et viennent, nous commençons à voir et à sentir des changements dans notre corps. Nos cheveux deviennent blancs ou tombent, nous devenons lents, et les douleurs deviennent nos compagnons quotidiens. Si nous sommes mariés et avons eu des enfants, nos enfants pourraient avoir leurs propres enfants, et nous pourrions alors jouir de la présence de nos petits-enfants. Alors, les premières saisons de notre vie nous ont aidés à nous préparer pour faire face à nos derniers jours.  

Psaume 71. Que nous enseigne ce Psaume sur comment nous préparer, non seulement à la vieillesse, mais aussi à la vie en général?

Psaume 71 est celui d'une personne âgée qui éprouve les défis qui viennent avec la vie, mais qui est heureuse, parce que tout ce temps il ou elle a mis sa confiance en Dieu. La meilleure façon de vieillir est de mettre notre confiance en Lui quand nous sommes encore jeune. En termes généraux, l'auteur de ce Psaume partage trois leçons importantes, qu'il a apprises alors qu'il aborde cette saison de sa vie.

1. Développer une connaissance profonde et personnelle de Dieu. Depuis sa jeunesse (Ps. 71:17), Dieu était son refuge (Ps. 71:1,7) et son Sauveur (Ps. 71:2). Dieu est son rocher et sa forteresse (Ps. 71:3), son espoir et sa confiance (Ps. 71:5). Il parle des oeuvres puissantes de Dieu (Ps. 71:16,17), de Sa force et de Sa puissance (Ps. 71:18), de toutes les grandes choses qu'Il a faites (Ps. 71:19). En fin de compte, il s'exulte: « Ô Dieu, qui est comme Toi? » (Ps. 71:19). Ces conversations quotidiennes avec Dieu, en étudiant Sa parole et en méditant sur tout ce qu'Il fait pour nous, permettront d'approfondir notre expérience avec Lui.

2. Développer les bonnes habitudes. Une bonne alimentation, l'exercice physique, l'eau, le soleil, le repos, etc. nous aident à vivre plus longtemps et en bonne santé. Remarquez spécialement comment le Psalmiste se réfere aux habitudes de confiance (Ps. 71:3), de louange (Ps. 71:6) et d'espoir (Ps. 71:14).

3. Développez une passion pour la mission de Dieu. La personne dans ce Psaume n'avait pas hâte d'être inactive dans sa vieillesse. Même à sa retraite, elle voulait continuer à louer Dieu (Ps. 71:8) et à parler de Lui aux autres (Ps. 71:15-18). 

Pour ceux qui sont déjà âgés, quels sont les avantages de la vieillesse? Que savez-vous maintenant que vous ne saviez pas quand vous étiez plus jeunes, et que vous voulez partager avec ceux qui sont plus jeunes? 

 

 

À moins que nous soyons vivants à la seconde venue, un changement que nous attendons tous est le plus grand changement de tous: de la vie à la mort. Avec le mariage et la naissance, quel autre changement a plus d'impact sur la famille que la mort d'un membre de la famille immédiate?

Lisez 1 Corinthiens 15:24-26.Que nous enseigne ces versets sur la mort?

Plusieurs fois, bien sûr, la mort vient inopinément et tragiquement. Combien d'hommes, de femmes et même d'enfants, se sont bien réveillés un matin, et juste avant le coucher du soleil, ferment leurs yeux, pas dans le sommeil, mais la mort? Ou combien se sont réveillés le matin et avant le coucher du soleil, ils avaient perdu un membre de la famille?

À part le fait d'être connecté par la foi au Seigneur et d'être couvert dans Sa justice à tout moment (voir Rom. 3:2), vous ne pouvez pas vous préparer à la mort que vous ne voyez pas venir, soit pour vous-même ou vos proches.

En revanche, que feriez-vous si vous saviez que vous aviez seulement quelques mois à vivre? Nous ne saurons pas à coup sûr quand la mort aura raison de nous, mais nous pouvons certainement savoir quand nous nous approchons de la fin de notre vie. Ainsi, combien est-il crucial de nous pré-parer, nous et notre famille, à l'inévitable?

Lisez 1 Rois 2:1-4, certaines des dernières paroles que David a dites à son fils Salomon. Quelles leçons pouvons-nous tirer de ces paroles sur la préparation à la mort, tant pour nous-mêmes et pour les membres de la famille?

À première vue, on pourrait dire que c'est drôle! David, qui a assassiné Urie après avoir enceinté sa femme dans une relation adultère (voir 2 Samuel 11), dit à son fils de marcher dans la voie du Seigneur. Toutefois, c'est peut-être précisément à cause de ce péché et des conséquences horribles qui ont suivi que les paroles de David étaient tellement puissantes. Il tentait, sans doute, à sa manière, d'avertir son fils contre la folie qui lui a causé beaucoup de chagrin. David a appris, de la manière la plus dure, quelques leçons difficiles sur le prix du péché, et il espérait sans doute épargner son fils du chagrin qu'il a lui-même vécu.

Si nous lisons l'histoire de l'ancien Israël dans le désert, nous pouvons voir une litanie d'erreurs face aux grands changements, malgré l'incroyable révélation de l'amour et de la puissance de Dieu. En fait, avant qu'Israël puisse enfin entrer dans la terre promise — pour faire face à un autre grand changement — Moïse dit ce qui suit à l'ancien Israël: « Vos yeux ont vu ce que l'Éternel a fait à l'occasion de Baal-Peor: l'Éternel, ton Dieu, a détruit du milieu de toi tous ceux qui étaient allés après Baal-Peor. Et vous, qui vous êtes attachés à l'Éternel, votre Dieu, vous êtes aujourd'hui tous vivants. Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances, comme l'Éternel, mon Dieu, me l'a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. Vous les observerez et vous les mettrez en pratique; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront: Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent! Quelle est, en effet, la grande nation qui ait des dieux aussi proches que l'Éternel, notre Dieu, l'est de nous toutes les fois que nous l'invoquons? Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd'hui? Seulement, prends garde à toi et veille attentivement sur ton âme, tous les jours de ta vie, de peur que tu n'oublies les choses que tes yeux ont vues, et qu'elles ne sortent de ton coeur; enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants. » (Deut. 4:3-9, NEG).

Que faire pour ne pas oublier ce que le Seigneur a fait pour nous? Le meilleur moyen de ne pas l'oublier est de l'enseigner aux autres et à ceux qui viendront après nous. Notez aussi combien la famille était au centre dans tout cela, pour le fait qu'ils devaient enseigner ces choses à leurs enfants. Et le péché à Peor était quelque chose qui ne pouvait être que destructrice de la vie familiale. « La licence fut le crime qui attira les juge-ments de Dieu sur Israël. L'effronterie dont les femmes font preuve pour prendre les âmes au piège n'a pas disparu après l'expérience de Baal-Péor. » — Ellen G. White, Le foyer chrétien, p. 326.

Discussion:

1) En classe, parlez des préparatifs que vous avez faits pour faire face à certains des grands changements dans votre vie, tels que le mariage, la parentalité, la vieillesse ou toute autre chose. Comment ces changements ont-ils affecté votre famille? Qu'avez-vous appris qui puisse aider les autres à faire face aux mêmes étapes?

2) Pensez aux paroles de David à Salomon, encore une fois dans le contexte de son péché avec Bath-Shéba, une calamité qui jetait une ombre sur le reste du règne de David et qui a grandement influencé sa famille de la pire manière. De quelles façons, au milieu de tout cela, voyons-nous la réalité de la grâce de Dieu à l'oeuvre?